top of page
C bleu fluo.png

Une Exposition

« Certaines personnes sont tellement obsédées par le passé qu’elles en meurent.
Si votre volonté est de refuser d’abandonner le passé, vous devez le recréer. Vous devez faire de la sculpture. »
Louise Bourgeois

20220528_181909.jpg

Sept personnes sont réunies dans une galerie d’art contemporain.

Elles ont une semaine pour mettre au point la rétrospective du travail de Julia Armutt, plasticienne méconnue, mais femme d’un célèbre sculpteur. Toute sa vie, Julia a souffert de sa place de « femme de ».

A la mort de son mari, elle entreprend une étrange séries d’expériences artistiques. Elle souhaite questionner la perception que l’on se fait d’une œuvre et les biais à laquelle celle-ci est soumise. Ces expériences prennent la forme de plusieurs expositions, chacune portées par des prête-noms, notament masculins. Julia espérait ainsi démontrer la subjectivité des regards portés sur les œuvres et l’injuste silence autour de son travail, du fait qu’elle soit une femme, et qui plus est, d’un certain âge.

Malheureusement, elle meurt avant d’avoir fini son « œuvre-expérimentale ». Avant de mourir elle a tout de même réussi à créer un dernier protocole, celui de son exposition posthume. C’est dans ce cadre-là que nos personnages sont réunis. Ils vont suivre une série de règles laissées à leur soin par Julia afin de mettre en scène son travail.

Au cours du montage de cette exposition, ils/elles nous livreront les différents visages de Julia, échangeront leurs souvenirs et parviendront peut-être à trouver l’apaisement face à sa disparition brutale.

R bleu fluo.png

Au croisement des écritures 

 

Je souhaite à nouveau partager mes questionnements avec Olivier Sylvestre, faire se rencontrer nos deux écritures autour du genre, de la perception et de l’invisibilisation des femmes artistes. Il m’intéresse de le convier sur ces sujets, car je pense que nos différences de perception et de vécu peuvent être une vraie force pour offrir au projet des points de vues multiples et complémentaires.

Dans mon travail, l’écriture commence au plateau, à partir des improvisations des interprètes et du rapport que leurs corps entretiennent avec les objets, l’espace, la lumière et le son, qui eux aussi se construisent au fur et à mesure.

Il m’intéresse de continuer à pousser l’écriture hybride qui est née de la rencontre de nos pratiques et de nos langues (musicale, lumineuse, textuelle et plastique).

Dans Une Exposition, je souhaite continuer cette recherche et détacher le fond de la forme: Ondine Trager (créatrice lumière) jouera le rôle d’une artiste plasticienne, assistante de Julia Armutt de son vivant, et Ludmila Gander (créateurice sonore), le rôle d’un musicien errant, punk anarchiste recueilli par Julia alors qu’il était à la rue, et ayant accompagné plusieurs de ses installations de sa musique.

une expo visuel.jpg

Travail de l'objet

 

Nous nous lançons un défi un peu fou : créer de toutes pièces les œuvres d’une artiste fictive.

Comment un objet va provoquer un geste d’écriture, et inversement, comment les trouvailles de plateau vont amener à la création de nouveaux objets ?

Lorsque l’on va voir une rétrospective, on trouve parfois une grande continuité entre les œuvres, mais on est aussi, souvent, confronté à une vaste typologie d’œuvres. Les œuvres de Julia seront protéiformes, joueront sur les rapports d’échelle, passant du très petit au très grand. Elles pourront aussi devenir masques ou costumes, et prendre corps avec les interprètes.

La découverte des œuvres de Julia, mêlée aux témoignages de ses proches, mettront ainsi à nu différentes facettes de sa personnalité. Les œuvres permettront de se plonger dans différentes époques de sa vie, leur diversité sera prétexte à ouvrir la parole sur les événements passés qui ont accompagné la création de ses œuvres.  

Leur fond commun, celui de l’invisibilisation des femmes, la sensation de ne pas être jugé autrement qu’en tant que femme, de vivre dans une boîte, d’être constamment écrasée, minimisée, spoliée.

 

J’aime l’idée que les spectateurices soient confronté.e.s à deux rapports différents aux mêmes objets. La journée, ceux-ci existeront dans le sens littéral, objets d’arts, morceaux d’œuvres à monter, ils seront manipulés comme et pour ce qu’ils sont. La partie plus onirique du spectacle, que j’ai appelé « les nuits » permettra de rendre vivant ces objets. Nous pourrons alors leur donner de nouveaux sens, les faire parler, oser une manipulation plus magique ou absurde. Tels des fétiches qui se réveillent dans la galerie lorsque tout le monde dort, les objets trahiront la présence de Julia, qui malgré sa mort, respire encore à travers son travail.  Ici, dans Une Exposition, nous chercheront comment l’objet lui-même peut devenir personnage et trouver sa vie propre et libre.

marisol escobar.jpg
20220528_181909.jpg

Distribution
 

Mise en scène  Juliette Steiner

Texte à partir du plateau Olivier Sylvestre

Assistanat à la mise en scène Malu França
Création lumière Ondine Trager

Création son Ludmila Gander

Scénographie Violette Graveline

Costumes Pauline Kieffer

Sculptures, masques et objets de manipulations

Juliette Steiner, Malu França et Violette Graveline

 

Avec Camille Falbriard, Ludmila Gander, Ruby Minard, Logan Person, Yanis Skouta, Naëma Tounsi, Ondine Trager

 

Administration Myriam Peuckert
 

Production Compagnie Quai n°7

Co-productions et soutiens

La Filature, Scène Nationale de Mulhouse (68)

Le Point d’Eau, Ostwald (67)

L’Espace 110, Illzach (68)

Comédie de Colmar (68)

La Chartreuse, CNES, dans le cadre d’une résidence d’écriture au plateau

Agence Culturelle Grand Est

 

Recherches en cours

Tournée en construction

Le Tjp, Cdn de Strasbourg (67)

La Filature, Scène Nationale de Mulhouse (68)

Le Point d’Eau, Ostwald (67)

Espace 110, Illzach (68) 

Agenda

D bleu fluo.png

Printemps 2024

Création
TJP, Strasbourg

28 août > 9 septembre 2023

Résidence de recherche
Théâtre Le Point d'Eau, Ostwald

6 > 18 mars 2023

23 janvier > 4 février 2023

16 > 20 janvier 2023

Résidence de recherche

Agence Culturelle Grand Est

23 > 29 mai 2022

Résidence de recherche

Comédie de Colmar

4 > 9 avril 2022

Résidence de recherche

Fabrique de Théâtre, Strasbourg

bottom of page